affiche_vernissage

 

Bonjour,

dans le cadre de "Femmes en Mouvement 2017" le 36Arles a lancé un appel à projet intitulé:

"Dans la tête des Femmes; l'érotisme au féminin#1";

Laura Menassa a été sélectionnée pour cette première édition, son travail photographique:

"Rêveries et Fantasmes" est à la fois techniquement impeccable, onirique et joyeux ....

Rendez-vous le Mardi 14 mars à partir de 18h30 au 36, bd Clémenceau 13200 Arles (près du Théâtre)

L'exposition sera ouverte tous les jours du 14 au 19 mars entre 15h et 19h.ou sur RDV au 06.10.32.55.06

Entrée libre (mais de préférence sans les enfants...)

Pour le 36Arles,

Natalie Victor-Retali

 

Laura Menassa a étudié aux Beau-Arts de Tours.

« Dans la tête des Femmes: l'érotisme au féminin#1 » constitue sa première exposition individuelle:

 

« Dans ma pratique artistique, j’attache une grande importance au corps humain, tout autant qu'au décor dans lequel celui-ci s'insère. Le corps est indissociable du cadre.

La photographie me permet d’immortaliser une apparition, un suspens pris sur le vif, un instant donné que je crée tout en conservant une réalité avec laquelle je peux jouer, en mettant en scène des ambiances sortant de l’ordinaire et de la normalité . Un des effets récurrent dans mes photographies est la superposition, elle pose la question de la perception de la réalité et de la temporalité, en marquant une touche de confusion, d’incertitude .Il s’agit de renvoyer le spectateur à ses propres questionnements.

 La première série photographique que j’ai réalisée:

«Rêveries et Fantasmes », mélange rêves et réalité, au cœur d'une image qui plonge le spectateur dans une autre dimension. A travers ces images- et avec ma propre vision - j’ai recréé un monde de l’inconscient, des ressentis, des émotions ou des désirs que nous cherchons à cacher ou à oublier, mais qui font partie de notre Être : rêves, fantasmes, angoisses...

Il s’agit d’un monde imaginaire, d’une autre dimension se trouvant entre fiction et réalité et permettant de confondre l’espace réel et irréel.

Ces ressentis sont produits dans le mystère des mécanismes de l’inconscient, que la photographie permet de matérialiser en plaçant le spectateur dans sa propre introspection. »Laura Menassa.